VERONESE SPÉCIALISTE DU TROMPE-L’OEIL

Né en 1528, il a grandi dans une fratrie de dix enfants, son père, Piero di Gabriele, est architecte et tailleur de pierre. Après avoir travaillé dans l’atelier paternel, il devient apprenti chez Antonio Badille, un de ses oncles issu d’une famille de peintres. Dès lors, le jeune Paul étudie les œuvres des artistes de Vérone. Fort de ses nombreuses connaissances, il signe des travaux pour des églises avant l’âge de 20 ans.

En 1548, il quitte sa ville natale et enchaîne les commandes, sa réputation est grandissante. Il est chargé de décorer des cathédrales, des villas et des palais. Quatre ans plus tard, il s’installe à Venise et signe des fresques majeures en participant notamment à la décoration des salles du conseil du palais des Doges.

Véronèse peint « Les Noces de Cana » avec ses 132 personnages, la plus célèbre de ses œuvres. À l’issue de la restauration, le 3 juin 1992, au cours d’une manutention, l’œuvre est déchirée en plusieurs endroits dans les parties secondaires de la composition. Alors que la restauration s’achève, l’avocat Arno Klarsfeld et le mannequin Carla Bruni militent pour le retour du tableau dans le réfectoire des bénédictins de San Giorgio Maggiore à Venise. Leur combat, bien que très médiatisé, n’a pas abouti. Néanmoins, une copie fidèle est exposée à son emplacement originel dans le réfectoire du monastère de San Giorgio Maggiore.

Il décède le 19 avril 1588 d’une pneumonie. Il est enterré dans l’église San Sebastiano, dans laquelle il a réalisé de nombreuses fresques. Son frère Benedetto Caliari et un de ses fils Carlo, tous deux peintres, décident de finir certaines peintures inachevées et les signent sous le nom « Haeredes Pauli » à la suite de cela il se sont certainement offert du louis 16 à sa santé.

F

Laisser un commentaire