LOUER LE MONDE EN 2040

L’horreur est certainement humaine ! Bienvenue en 2040, ou vous voilà plongé dans la vision d’un jeune homme de 20 ans. Je ne possède rien, je n’ai pas de vie privée, et bienvenue dans ma ville, ou devrais-je dire « notre ville », car n’ayant ni voiture, ni maison, ni vêtements, la ville est grande avec des espaces partagés où les maires sont pères de famille, et « lycée de Versailles ». Cela peut vous sembler étrange, mais ce que vous avez possédé autrefois au jurassique des années 80, le produit est maintenant devenu un service.

Le shopping ? Je ne me souviens pas vraiment de ce que c’est. Pour la plupart d’entre nous, cela s’est transformé en choix d’une chose à utiliser. Parfois je trouve cela amusant, et parfois je veux juste que l’algorithme choisisse à ma place, car il connaît mieux mes goûts maintenant. C’est même l’algorithme qui choisit les conflits entre les pays. Tu passes un pouce en dehors des frontières et les missiles partent automatiquement pour te punir, dévastation assurée !

Lorsque l’IA et les robots ont pris en charge une grande partie de mon travail, nous avons soudainement eu le temps de bien manger, de bien dormir et de passer du temps avec d’autres personnes. Le concept d’heures de pointe n’a plus de sens, puisque le travail que nous faisons peut se faire à tout moment et de n’importe où. Je ne sais pas si je dirai que c’est du travail, mais c’est plutôt du temps de réflexion, du temps de création et du temps de développement.

De temps en temps, je suis agacé par le fait que je n’ai pas de véritable vie privée. Je ne peux aller nulle part sans être enregistré. Je sais que, quelque part, tout ce que je fais, mes pensées et même mes rêves sont enregistrés sur mon « Nuage » ou « Cloud ». J’espère juste que personne ne l’utilisera contre moi, surtout mes rêves les plus noirs.

Dans l’ensemble, c’est une bonne vie. Beaucoup mieux que la voie sur laquelle nous étions, où il est devenu si clair de vivre, une lobotomisation de notre espace, et si vous avez un peu de mal, vous pouvez compenser par une castration chimique de vos neurones. Simple à vivre en 2030, car nous ne serons presque plus humains, mais peu importe nous serons tous beaux comme des cloportes, et la chirurgie aura fait de nous des jeunes pour une vie éternelle de platitude.

F

Laisser un commentaire