DU RÊVE AU CAUCHEMAR

Une vue absente sur la cuisine mais pas sur les serveuses qui ressemblent à des implants « silly conne née » façon Barbie, un subterfuge certainement pour ne pas voir notre assiette. Une assiette marronnasse comme un cauchemar et collante comme une roumaine quêtant pour une association de sourds et de muets.

Pour la suite, Ragnarök était présent ou Crépuscule des dieux de la Mythologie germano-scandinave, pour un suprême en plat principal, servi tellement farineux que j’ai reconnu le boulanger qui l’avait fabriqué ; mal cuit j’aurai pu le voir s’envoler à la première pression de ma fourchette. Un Bar pour la bimbo qui m’accompagnait tellement spongieux que même elle a compris qu’il était congelé, et une sorte de jus acide qui vous prend à la gorge comme un produit Monsanto pour finir vos jours à Saint-Hélène dans des vapeurs de cyanure avec le « Nabo Léon ». J’aurais d’ailleurs préféré perdre mes sens gustatifs afin d’arrêter cette torture de ce gastro à nutrition de bobos parisiens.

Une jolie sélection de vins, néanmoins, qui ne sort pas des frontières, mais chacun sait qu’avec la bitumeuse qui m’accompagnait « l’alcôve tue lentement », alors cela sera seulement un chablis de première facture qui, lui, était à bonne température. La sommelière, par contre, nous dit : « je vous le « ramène », alors que pour un objet on utilise le mot « apporter », mais bon !!! Nous sommes dans un restaurant, pas dans une officine de Muriel Gilbert, mamie de la langue française et du bonbon sur la langue.

Seul le dessert fait honneur aux colonnes de La Poste, mais ceux-ci ont été achetés chez Hermé, et à ce prix, il aurait mieux fallu aller directement rue de Bretagne. Addition totale : 250 euros, qui aurait dû être seulement 120 euros, car la gourde se troupe de table en nous remettant l’addition de la table d’à côté, mais heureusement elle est tombée sur des clients honnêtes qui veulent payer leur juste dû. Une Madame de rêve qui tourne au cauchemar, fuyez et ne venez que prendre un verre au bar pour admirer les moulures au plafond et les bimbos de « Haut Probe », un point c’est tout.

Anonymode

Laisser un commentaire