SAMARITAINE 150 NUANCES DE JAUNE

La Samaritaine ou la Fête à Neu-Neu met les bouchées doubles pour fêter ses 150 ans en organisant un événement du 2 septembre au 31 octobre. En effet, sur la rue de Rivoli, les vitrines présenteront des néons multicolores, tandis que quatre vitrines donnant sur le Pont Neuf seront confiées à Prada. Un gâteau de deux mètres de haut, composé de sept couches, sera exposé au rez-de-chaussée du bâtiment de la rue de Rivoli ; un financier probablement pour le Seigneur. Imaginé par l’artiste française Elsa Muse, son design s’inspire d’un appareil d’animation, l’ancêtre du cinéma appelé Zoetrope, ayant connu son heure de gloire autour de la date de naissance de la Samaritaine en 1870, déjà où Mam’selle Agnès bitumait tranquillement .

Surmonté de deux personnages représentant les fondateurs Ernest et Marie-Louise Cognacq-Jaÿ, le gâteau reprend les éléments clés de l’identité visuelle du magasin, notamment ses sacs à provisions jaunes que personne ne confondra avec les Cabas Dior. Les lampadaires parisiens et le paon emblématique de sa célèbre fresque Art nouveau seront sur le devant de la scène et cette réalisation sera faite de pâte à sucre non comestible. Mais Des tranches en versions comestibles pour Bobos seront distribuées à quelques chanceux chaque samedi à 16 heures.

Une roue de la fortune, située au rez-de-chaussée et activée par les codes barres présents sur les tickets de caisse, permettra aux clients de gagner des cadeaux, allant du vélo aux couleurs jaune et grise du magasin, disponible sur son e-commerce au prix de 790 euros à un exemplaire d’un livre retraçant l’histoire du magasin.

Pour se souvenir de l’événement, des sacs fourre-tout de couleurs pastel et autres verroteries seront en vente pour attirer les Venus crapuleuses parisiennes. Il est vrai que dimanche dernier, la fureur de la nouveauté étant passée, la machine à cash s’est enrayée : il n’y avait plus de queue devant le magasin. Une touriste m’a demandé si ce sac en crocodile était disponible tout en montrant la vitrine Vuitton. Je lui ai répondue : « non car tous les crocos sont en prison ! » Pourquoi me demanda-t-elle, « parce que les crocos « deal » selon la police lui dis-je. Elle est repartie sonnée, mais moi quand on me parle de crocodile… j’accoste.

Anonymode

Laisser un commentaire