RESTREPO MONTRE-MOI TON TEMPS

C’est la petite histoire d’un créateur, qui passionné de parfums, dessinait autrefois pour les grandes marques des flacons de légende, mais, comme pour Karl, son expertise ne le cantonnait pas dans un seul secteur d’activité de la création. Né à Bogota en 1962, son père était un architecte réputé en Colombie, et sa mère était directrice artistique du studio Desgrippes à Paris.

C’est une histoire de famille ; par son grand-père, Hervé Baille, peintre de la marine française, et son arrière-grand-père, Henri-Paul Nenot, qui reçut le Grand Prix de Rome d’architecture, une famille de créatifs dans l’âme. Ainsi de la Colombie à l’Espagne en passant par la France, pour plonger dans la Chine millénaire attiré par les cultures de l’Empire du Milieu. A son retour en France, il a l’idée de créer une montre-bracelet à clochardiser les grandes marques du secteur, tellement bien assises sur leur réputation.

La mode change et sa vision se transforme avec le monde. Parfois, il pose délicatement sa main sur la table et, par un très léger mouvement du poignet, essaie, par jeu, de sentir le balancier interne qui égraine les secondes de sa vie, mais, en vain ! Car le monde tourne mais cet objet de précision arbore un silence plus grand que si vous étiez au cœur d’un Parc Naturel de l’Ariégeois ; le silence est souvent l’âme des choses.

Lorsque le temps s’emballe, au fur et à mesure de sa journée qui passe, celle-ci bat la mesure et explore les minutes qui s’écoulent. Les engrenages s’entraînent et instaurent à son poignet un microcosme solaire et le tapage de la ville qui l’entoure ne vient pas perturber le temps qui s’efface doucement et moelleusement dans ce boîtier ovoïde. Celle-ci me donne autant de plaisir qu’un rêve qui ne meurt jamais dit-il. Normal, c’est du luxe, c’est du rêve, c’est de l’émotion, c’est une Restrepo.

Anonymode

Laisser un commentaire