LA CHRONIQUE DE BRIDGET MODE 2023

D’un cerveau, je n’en avais pas besoin, donc aucune raison de hanter les salons de l’aristocratie de la mode, avec ses le Floppe Fringuant, et Mademoiselle Poularde qui, en réalité, s’appelle Simone, et qui sort de science « Pau Pau ». Et si je fais une entorse à cette règle d’or que je m’étais fixé, c’était par pure loyauté envers un ami des bas-fonds du Marais où tout à chacun se laisse aller, pour décompresser cet « anus horribilis ». Familier de l’hôtel du black-room, j’étais entré par une porte de service comme on entre en religion.

Et tout se déroulait comme prévu ; je me suis glissé en toute discrétion dans la salle de la créatrice tant convoitée, et ainsi présenter mes hommages à la maîtresse de maison « Miss Camping 1984 », et seulement après un doigt de cour, je pensais m’éclipser pour continuer ma vie monacale bien cachée derrière le commun des immortels « créa-tiffs » de notre époque.

J’étouffa un soupir d’agacement, car à côté de moi une Bimbo à moitié nue brillait comme une guirlande de noël passée par un magasin Chanel. Le plus important était de ne pas me faire remarquer, car si l’on découvrait ma présence, j’imagine déjà la scène… Le mélodrame, les regards embarrassés, l’agitation sans fin, Anonymode est dans les parages ! Alors, le plus sage était de se fondre dans l’ombre et d’attendre que ces messieurs de la famille reculent pour que leur jouissance au centimètre s’accroisse. Moi, plus j’avançais dans la collection, plus ma jouissance diminuait.

Emporté dans le tourbillon de cette coloriste, et dans un déploiement de crochet écarlate traversant les rayons de miel teintés d’ambre incandescent où les nuances s’entremêlaient en une vision qui fit bander mon arc à compliments scabreux.

Mais, cette émotion fugace et impure est redescendue à la vision de la Gabriela, remède à l’amour, car chez moi la raison et la logique reprennent toujours le dessus, et au mot « Hearst » rien ne durcit, le néant plus sidérant que sidéral. Bienvenue dans la Chronique de Bridget Mode, votre dévoué pourfendeur des faux et usage de faux.

Bridget Mode (une vrai jeune fille).

Laisser un commentaire