QUATRE SCÉNARII POUR L’EUROPE

Ah si nous n’étions pas tous des lâches… Ceux, qui la veulent la guerre, viendraient ici à notre place. Nous verrions alors… ! Mais quoi grand Dieu !!! Voici quatre scenarii plausibles : le scénario, le plus optimiste, que j’ai baptisé le « Miracle sur le Dnipro » est un conte folklorique des Carpates.

Scénario 1 : Miracle sur le Dnipro
Soutenue par l’aide défensive des membres de l’OTAN, la résistance militaire et civile ukrainienne surmonte les obstacles et stoppe l’avancée de Moscou, empêchant ainsi le président russe Vladimir Poutine de renverser le gouvernement de Kiev et d’établir un régime plus facho que fantoche. La détermination et l’habileté de la résistance ukrainienne forçant l’impasse sur le champ de bataille favorise les Ukrainiens.

Rapidement, il devient évident pour le Kremlin que la Russie paiera un prix exorbitant pour son aventurisme y compris la perspective d’un long et coûteux combat en Ukraine, ainsi qu’un effondrement économique et un isolement diplomatique. Poutine ordonnera d’un air maussade le retrait de ses troupes. L’Ukraine reste une démocratie souveraine, tandis que la défaite de Moscou accélère le mécontentement intérieur qui a déjà commencé à se manifester dans toute la Russie. Poutine commence à se concentrer sur les menaces internes croissantes qui pèsent sur son pouvoir. Pendant ce temps, l’OTAN est confrontée à une amélioration de la situation sécuritaire, la Russie étant châtiée et l’Ukraine se rapprochant de plus en plus de l’Occident et à terme deviendra un pays de l’Union européenne.

Toutefois, la situation sécuritaire en Europe ne revient pas au statu quo d’avant-guerre. La courte guerre a fait des milliers de victimes des deux côtés, laissant dans son sillage une amertume généralisée. Et si l’Ukraine démocratique en sort intacte, voire indemne, son voisin, toujours dangereux, est confronté à un avenir incertain, le paysage politique russe étant à un point de basculement.

Scénario 2 : un bourbier
Après des semaines de combats intenses à Kiev et dans d’autres grandes villes, la Russie parvient à renverser le gouvernement ukrainien et à installer un régime fantoche. Cependant, ni les forces armées ukrainiennes ni la population ne sont prêtes à se rendre. Loin de là, au contraire, la population ukrainienne monte une insurrection à grande échelle, bien armée et bien coordonnée contre les envahisseurs. Bien que les forces régulières de l’Ukraine soient diminuées au fil du temps et que des villes importantes comme Kiev soient occupées, la victoire de la Russie est une victoire à la Pyrrhus.

Répétant un modèle observé ailleurs dans le monde, l’insurrection ukrainienne impose un lourd tribut humain et financier à la Russie, qui est obligée de consacrer beaucoup plus de ses ressources sur une période beaucoup plus longue que prévue. Son casse-tête est aggravé par le soutien extérieur apporté aux insurgés, et les pays de l’OTAN fournissant une aide défensive secrète mais très solide à la résistance ukrainienne. Le conflit vide les coffres de Moscou et sa détermination, ce qui l’oblige finalement à se retirer après beaucoup de violence et de morts.

Poutine et les élites russes se rendent compte qu’ils vivent leur propre « moment Brejnev » et qu’ils sont allés trop loin dans leur quête d’objectifs maximalistes en Ukraine. Tout comme le premier ministre soviétique Leonid Brejnev, qui a entraîné les forces de son pays dans un long et coûteux périple en Afghanistan, la Russie a une fois de plus mené une guerre qu’elle ne peut pas gagner. Tout aussi grave, aux yeux de la plupart des pays du monde, la Russie est devenue un État paria : L’Ukraine est peut-être dévastée, mais le prestige de Poutine en pâtit et sa position intérieure devient précaire, car les élites doutent de son jugement et la population exprime sa colère face à la situation économique de la Russie et à la perte de son statut mondial.

Scénario 3 : un nouveau rideau de fer
L’Ukraine finit par s’effondrer sous le poids de l’invasion russe. Malgré une opposition intense, les forces russes parviennent à prendre le contrôle du pays en utilisant des armes de plus en plus lourdes. Un nouveau rideau de fer s’installe en Europe de l’Est, longeant les frontières des États baltes au nord et celles de la Pologne, de la Slovaquie, de la Hongrie et de la Roumanie au sud.

Alors que la Russie doit faire face à des coûts économiques élevés, Poutine consolide sa main mise sur le pouvoir à l’intérieur du pays, en réprimant la dissidence intérieure avec encore plus de force. L’OTAN est plus unie face à un une guerre maudite, « d’offensives sanglantes et stériles… ». L’indignation est à son comble lorsqu’elle évoque certains charniers des Russes en 1941.

Scénario 4 : une guerre OTAN-Russie
Le scénario le plus dangereux pour l’avenir de l’Europe et de l’ordre mondial est celui dans lequel le conflit ukrainien ouvre la voie à un conflit militaire direct entre l’OTAN et la Russie.

L’OTAN pourrait décider d’intensifier son implication en Ukraine en tentant, par exemple, de mettre en place une zone d’exclusion aérienne ou une autre forme d’intervention directe. Pour l’instant, les États-Unis et d’autres alliés de l’OTAN ont rejeté la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne, mais ce calcul pourrait changer si la Russie continue d’intensifier ses bombardements sur les civils.

La Russie serait alors obligée de décider si elle doit faire marche arrière ou engager directement les forces militaires de l’alliance. Si elle opte pour cette dernière solution, le risque d’une escalade du conflit armé entre l’OTAN et la Russie augmenterait considérablement.

La Russie pourrait, par inadvertance, frapper le territoire d’un membre de l’OTAN – par exemple, en raison d’un ciblage imprécis ou d’une identification erronée de l’ami et de l’ennemi – ce qui provoquerait des contre-mesures de la part de l’alliance. (La Russie a déjà attaqué des cibles proches de la frontière polonaise). Alors que le stock de munitions guidé de précision de l’armée russe commence à diminuer, le risque qu’un tel accident conduise à une escalade involontaire avec l’OTAN augmente. Ce scénario verrait le début d’un conflit direct, peut-être air-air ou air-sol, dans les régions frontalières de l’Ukraine. Cela pourrait à son tour déclencher un cycle d’attaques et de contre-attaques conduisant à des hostilités ouvertes.

La possibilité que Poutine ait des visées plus larges, bien au-delà de l’Ukraine, est une perspective inquiétante. Si les forces russes progressent rapidement en Ukraine et parviennent à contrôler effectivement le pays, Poutine pourrait porter son attention sur des États qu’il convoite dans le cadre d’une volonté de reconstituer une sphère d’influence qui s’aligne largement sur le territoire de l’ancienne Union Soviétique

Les premiers éléments indiquent que cette guerre tourne en faveur de l’Occident pour trois raisons. L’agression brutale de l’invasion russe et la résistance enthousiaste des Ukrainiens ont inspiré un soutien populaire à l’Ukraine dans toute l’Europe. La Russie et Poutine semblent avoir gravement sous-estimé à la fois la détermination de l’Ukraine et l’indignation mondiale contre Moscou. Enfin, les gouvernements démocratiques des deux côtés de l’Atlantique ont fait des choix politiques d’une grande portée, économiques, financiers, diplomatiques et sécuritaires qui témoignent d’une détermination audacieuse et d’une solidarité retrouvée.

Pourtant, le monde reste dans un moment dangereux et très incertain. Ce qui se passera après ce conflit est un point d’interrogation. Ces quatre scénarios reflètent des résultats plausibles, mais ils n’épuisent pas toutes les possibilités. Poutine pourrait se retrouver renforcé ou affaibli à l’intérieur de la Russie, en fonction des développements intérieurs (un soulèvement populaire ou un coup d’État). Il pourrait tenter de s’emparer de la Moldavie ou de la Géorgie, ou même tenter de prendre le fossé de Suwalki entre l’enclave balte russe de Kaliningrad et le Belarus.

Anonymode de KIEV

Laisser un commentaire