CARTIER PARFUM DU LYS ROI D’ITHAQUE

Fleur sacrée des amants aux pétales de satin, ne dit-on pas ? Les Dieux eux-mêmes l’ont choisie comme Roi des Rois et Reine des Reines. Antique sceptre d’or inviolé et fleur du tapis mordoré de mes songes aux nuances qui calment et qui apaisent. Splendeur rayonnante à faire pâlir l’onyx et le diamant, une gageure pour la maison de la rue de la Paix. Un Lys qu’on donnait autrefois aux Ménestrels avec un œillet d’amarante pour conter fleurette à la Belle et faire tomber les pécheresses aux douces gorges qui frissonnent sous le regard des hommes comme un « Ka Lys »

Parfum « du Lys » pour faire un jeu de mot qui ressemble à l’Eau d’Issey, mais la bonne idée du maître du Soleil levant reste une bonne idée. Quand m’apparut cette bouillotte qui semblait dresser comme la Tour de Babel, je n’avais oncques vu la pareille d’eau de « mes Lys ». Grande joie enfin de ce parfum de l’Olympe qui transforme mon français en grec ancien, et bientôt, ce fut un tourbillon « Volubi Lys » né de la neuve terre pour qui vint se heurter à la nef du bouchon. Je lui fis voler la poupe, engouffrée par cette loi hautaine de l’emballement et de l’emballage, un parfum « Cool Lys » qui passe au-dessus de mon anosmie, et vient donner à mon cerveau une idée simple de la dernière création senteur « d’Oxa Lys » de Cartier.

Anonymode

Laisser un commentaire