JEUX DE MOTS LAIDS

On peut décidément s’amuser d’une kyrielle d’expressions d’un autre temps qui disparaît dans le forage de Kola et dans les profondeurs des grandes horizontales de la Télé-réalité. Et, le politiquement correct vient en rajouter une couche, par exemple : une cartouche d’encre noire devient une cartouche de couleur nuit.

Les lavandières qui ne faisaient que laver, aujourd’hui deviennent « laver » Maria ! Et le petit rat de l’Opéra arrive seulement aux heures de pointe de même qu’un crétin qui imprime un logo sur des T-shirts s’appelle un couturier ! Et un bug humain ; un Trump.

Voici donc la madeleine de « Proust », qui n’est plus un petit moment de votre enfance, mais un bruit incongru, odorant émis par Madeleine comme beaucoup d’expressions imagées qui se transforment au fur et à mesure des années. « C’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la limace ». Il y a aussi : « J’ai été pompeuse d’essence », « C’est pas l’âge qui fait le moine », « Les oreilles ont des murs » .

Vous trouvez cela drôle ? Certes, en effet, mais c’est aussi consternant ! Si vous lisez sur le langage Aristote, celui-ci définissait le langage humain comme un langage de signes, alors que la communication animale est un code de signaux. Voici donc ces acteurs de la télé-réalité qui viennent contredire tous les philosophes, car, à n’en point douter, certains humains sont visiblement plus proches des animaux.

Et même si le langage est le propre de l’homme, au même titre que le rire, je ne ferai pas la bête, mais je suis triste de voir toutes ces expressions disparaître au profit d’un rire qui me laisse un arrière goût dans la bouche.

Anonymode

Laisser un commentaire