LA GUERRE DES TROIS N’AURA PAS LIEU

Pour annoncer une victoire militaire ou sportive, on disait alors et l’on dit toujours que l’adversaire a été « battu à plate couture ». Étrange expression ! Elle trouve son explication dans les « vêtures » d’autrefois. Les tissus de ces temps-là n’avaient pas là finesse de ceux d’aujourd’hui, on ne connaissait ni les cotons souples, ni les alpagas distingués, ni les viscoses légères. Généralement, les habits étaient taillés dans des draps de laine… Allez faire un costume discret avec ça ! Aux manches et au dos apparaissaient donc des bourrelets disgracieux.

Alors pour tenter d’en amoindrir l’inélégance, on les aplatissait en les battant avec force à l’aide d’une latte. Plus on frappait et plus la couture s’aplatissait… « Battre à plate couture » signifiait donc que l’on avait tellement frappé de la latte que la boursouflure des coutures avait disparu. Et bientôt l’expression indiquât que l’on avait triomphé sans conteste, l’adversaire étant écrasé comme un ourlet bien nivelé. Allez donc, expliquez-cela à vos Instagramuses, quant à moi, je me méfie plus de mon savoir que de mon instinct.

Le Seigneur reste un Seigneur d’intelligence supérieure. Je le revois, jeune diplômé, sortant du bureau de mon père, avec déjà l’ambition de conquérir le monde et le terme « à plate couture » lui sied à merveille !

Anonymode

Laisser un commentaire