THE WORST OF THE LONDON FASHION WEEK

Une mauvaise conjugaison de couturiers croisés avec des coupeurs, mais seulement de rêve, faits plus pour la boulange que pour la manu-couture. Sorte d’humanoïde de contre faconde, c’est le plus bel exemple de couturiers chiqués, le triomphe de l’échec, l’apothéose du puffisme. Contents d’eux-mêmes, et cela n’est pas un pléonasme ! Ils donnent toute la puissance de leur non talent pour nous rendre ce monde encore plus moche, des élèves des écoles de Didier Grumler et de Pascal Marrant, sortant tout juste de leur apprentissage, des petits singes savants du marketing de circonstance.

Une idée fausse sur tout mais surtout une fausse idée de ce métier, des bons élèves bien notés, animaux savants qui n’avaient que pour but d’en faire un métier qui rapporte en laissant au vestiaire la passion qui aurait dû les animer pour devenir de vrais créateurs. C’est ce que nous appelons chez nous le degré zéro de l’inventivité, les créateurs de la « British Sombre » cherchant d’abord à se glisser comme des serpents dans une profession en pensant que personne ne verra le peu de talent que dieu leur a donné. En fait, de futurs présidents de la Chambre Saint-Nucal, car pour eux le comble de l’adresse, c’est seulement le bottin.

Anonymode

Laisser un commentaire